Anastasia Beverly Hills - Liquid lipstick "Rio"

vendredi 16 septembre 2016

J'ai rarement succombé aux rouges à lèvres mats.
Les seuls qui m'avaient réellement plu étaient les Rouge allure velvet de Chanel.
Un conditionnement en bâton, classique.
Tout comme certains MAC que j'ai pu acheter par la suite (et encore aujourd'hui).
Ça, c'était avant l'engouement pour les rouges à lèvres mats liquides, que je n'ai pas réellement suivi.
Pour moi, le mat restait assez occasionnel.
Je trouve rarement les couleurs que je souhaite, et pour le peu que j'ai testé dans des marques telles que Bourjois ou encore NYX, j'en suis toujours ressortie assez déçue.
Ou en tout cas, pas complètement enchantée.

Je crois qu'avant l'achat de ce Liquid Lipstick d'Anastasia, les derniers rouges à lèvres liquides mats que j'avais testés étaient les Rouges veloutés sans transfert, de Sephora.
Une Sephorette en avait glissé un dans mon sac shopping après mes achats, et je me souviens avoir été très agréablement surprise par la pigmentation et la tenue, tant et si bien que j'en avais acheté deux autres par la suite.
Moi qui, d'ordinaire, accorde tant d'importance au packaging, que je boude, sauf rares exceptions, les produits Sephora.
(Je vous invite à me jeter la première pierre, sauf si... ^^)

C'est après avoir lu des tonnes de revues positives au sujet des Liquid Lipstick d'Anastasia Beverly Hills, et trouvant les couleurs démentes, qu'au détour d'un passage chez Sephora à New York, je me suis dit que c'était le moment M pour les tester.

Comme je vous le disais, j'éprouve quelques difficultés à trouver des couleurs qui me sied bien au teint, lorsque le fini est mat.
Et en général, il s'avère que les tonalités très "pimpantes" soient celles qui me réussissent le mieux.
Donc, les rouges à lèvres mats que je possède encore sont tous de couleur vive (et rose, en général).

Aussi, je pensais me tourner vers quelque chose de plus portable au quotidien.
Je pense à des couleurs comme Milkshake, un nude-rose bébé très doux, Catnip, un joli bois de rose tirant sur le mauve, ou encore Dolce, un hybride entre le nude et le corail.
Le destin en a décidé autrement, car hormis des teintes tirant sur le marron (ce que je déteste, car c'est pile poil qui ne me va pas du tout), ou du rouge (beaux, au demeurant, mais pas vraiment ce que je recherchais), point de rose à l'horizon.
Point de rose, mis à part le.. Rio.
Arf.
Encore un truc bien flashy.

Pourtant, en observant le testeur, la magie a opéré.
Et mon côté très altruiste a pris le dessus.
Je me suis dit que je ne pouvais absolument pas le laisser tout seul en rayon, et qu'il rentrerait en France avec moi.



Rio.
Quel nom bien trouvé pour ce rose fuschia aux sous-tons bleutés qui vous donne autant de pep's qu'une danseuse de samba un jour de carnaval.

Le tube se présente en plexiglass au fond doublé, et le mélange de teinte argentée/rose gold est plutôt bien trouvé.
En fait, c'est simple, mais girly juste ce qu'il faut.
Bref, ça me plait beaucoup.


Côté embout, on a affaire à de la mousse, donc on reste sur quelque chose d'assez traditionnel mais qui fonctionne toujours.
La texture m'a parue un peu soufflée à la première application, et alors que la matière séchait, je n'ai été saisie d'aucun inconfort.
Plus tard dans la journée, je n'ai pas trouvé qu'il asséchait particulièrement mes lèvres (on est quand même sur du mat, on n'ira pas jusqu'à dire que ça hydrate, on est d'accord.)




Les applications suivantes m'ont fait le même effet, hormis cette fois
où il m'a suffit d'être un peu plus déshydratée que d'ordinaire.
La texture avait très légèrement tendance à s'agglomérer au centre des lèvres, sans que ce soit très visible non plus.
Il faut dire que j'ai cette fâcheuse difficulté à boire correctement.
Autant dire que je flirte avec l'ennemi avec le mat.
Mais, ma foi, ce seul souci mis de côté, je suis restée sur une impression positive.




Le Liquid lipstick d'Anastasia Beverly Hills est un produit très agréable à appliquer.
Il offre une couvrance idéale dès la première application sans avoir besoin de superposer des couches, et une pigmentation du tonnerre qui ne s'affadit pas au fil des heures.
Il reste très confortable tout au long de la journée, et que dire de la tenue ?
Je la trouverai presque trop bonne.
En effet, il reste un peu difficile à démaquiller malgré l'utilisation d'une huile... C'est son petit point faible, à mes yeux.
Mais avec autant de points positifs, je ne regrette pas cet achat.
Ce rouge à lèvres liquide m'a réellement convaincue et reste à la hauteur de sa réputation.

Vous pouvez trouver les Liquid Lipstick d'Anastasia sur Internet : Cultbeauty ou encore Beautybay les vendent depuis pas mal de temps, par exemple, et depuis peu, chez Sephora, à 25 euros, ce qui reste plutôt correct pour un produit distribué en parfumerie (même si ça reste un budget).
On retiendra toutefois que les codes promos ne fonctionnent pas sur la marque.
Sur ce point, je ne félicite pas Sephora, mais c'est un autre débat...


Passez un bon week-end !


Routine capillaire pour cheveux exigeants

vendredi 22 avril 2016


Racines grasses, pointes sèches.
Pas très glamour dit comme ça (ni de visu, d'ailleurs).
Pourtant, je pense que l'on est nombreuses à rencontrer ce souci.
Mauvais choix de produits, soucis hormonaux...
bien de causes peuvent être à l'origine de ce déséquilibre.
Nul besoin de s'arracher les cheveux pour autant.
Certes, avant tout, il faut réussir à accepter ce désagrément.
Et, si ça ne sera pas miraculeux, quelques petits produits pourraient vous y aider.


Premier point, utiliser un shampoing doux.
Jamais un shampoing pour cheveux gras, qui font, en général, et à mon sens, pire que mieux.
Personnellement, j'ai banni les silicones et les sulfates, et j'essaie de prendre des shampoings naturels qui nettoient le plus en douceur possible, mais chacune trouvera chaussure à son pied.
Je vous en ai déjà parlé dans un récent article, le shampoing neutre de Natura Siberica (8,95€) me convient tout à fait pour le moment.


Comme je vous le disais, il n'est pas 100 % naturel (je regrette un peu la présence de quats), mais, il offre à mon avis, une bonne alternative à d'autres shampoings, un poil plus safe mais aussi souvent beaucoup plus excessifs en terme de prix.
Alors que j'aimais alterner avec d'autres, depuis quelques jours, je n'utilise carrément plus que lui.
D'ailleurs, la bouteille arrive en fin de vie.
Il lave parfaitement sans agresser le cuir chevelu, et laisse les cheveux légers.
Je précise que je ne frotte pas mes longueurs, ni avec ce shampoing, ni avec un autre afin de ne pas rajouter à leur souffrance. ^^
Chose non négligeable, j'ai le souvenir de nombreux shampoings sans sulfates (pas tous, heureusement) qui me laissaient quelques plaques grassouillettes à certains endroits stratégiques (plus au-dessous de la chevelure), même si j'avais bien rincé.
Ce n'est pas du tout le cas avec celui-ci.

Étape cruciale après tout shampoing...
mon bien-aimé se nomme Rahua.
Le classique, pas le volumateur.
Je vous l'accorde, cet après-shampoing (34€) est horriblement cher.
Mais je n'en ai pas encore trouvé un autre qui combine tout ce que j'aime et qui agisse aussi bien sur le long terme.
Une bouteille dure habituellement 6 mois, jusqu'à 8 si j'alterne avec d'autres produits.
Thé vert, framboise, aloé vera, karité et coco, autant de bonnes choses qui constitue pour moi la meilleure hair-food que j'ai pu donné à mes cheveux. 
De plus, il hydrate les longueurs réellement en profondeur grâce aux huiles d'ungurahua et de palo santo.
De fait, ne vous étonnez pas si la matière ne reste pas en surface, les cheveux l'absorbe facilement, mais veillez à bien essorer vos cheveux avant afin d'en tirer tous les bénéfices (sans leur faire subir de torture, bien sûr).
Il est aussi assez inutile d'en mettre trop, une bonne noisette suffira (parole de fille aux cheveux longs).
L'odeur peut surprendre, disons que le palo santo prend largement le dessus, donc c'est un peu déconcertant, la première fois, de sentir cette odeur si particulière, mais pas désagréable pour autant.
Je m'y suis cependant rapidement habituée.


Je laisse pauser 3 à 4 minutes.
Dès le rinçage, on sent combien les cheveux sont doux et gainés. 
Cet après-shampoing peut également s'utiliser sur cheveux humides ou secs en leave-in, il ne cartonne pas les cheveux et apporte une touche d'hydratation supplémentaire.
Personnellement, je l'utilise presque toujours selon sa fonction première, et de temps en temps en masque en le faisant pauser plus longtemps, et en y ajoutant un peu de l'huile à la figue de barbarie de Christophe Robin, ou, plus souvent, de l'élixir anti-frisottis de John Masters Organics.

Parlons-en, d'ailleurs.
L'élixir anti-frisottis (20€) se présente dans un petit flacon de 15 ml à pipette.
De prime abord, on se dit que c'est vraiment microscopique, et on se demande si on ne va pas le terminer après trois utilisations (bon ok, j'exagère un peu), mais c'est un soin concentré qui ne nécessite pas d'être appliqué en abondance.
(Enfin, la marque préconise quand même de le faire de temps à autre - 1 bouteille entière sur la chevelure, 30 minutes de chaleur, et laver comme à son habitude - mais je ne suis pas sûre de voir des résultats sur le long terme en me lavant les cheveux quotidiennement ensuite, je préfère encore faire des bains d'huile de coco à ce niveau-là).



Je m'en sers soit sur cheveux humides (2/3 gouttes) après mon après-shampoing Rahua, sans le rincer, ce qui aide vraiment à lisser la matière sans alourdir, soit, comme je le disais plus haut, d'en ajouter autant au creux de ma main avec l'AS, avant d'appliquer le mélange (à rincer, cette fois) sur mes cheveux.
Ce soin est composé d'huile de jojoba, de lavande, de romarin, et de bois de cèdre.
La note de lavande domine dans cet élixir antifrisottis, ce qui je pense, doit plaire à une grande majorité car ce n'est pas du tout médicinal.
On dirait le sud...
Du fait de ses propriétés apaisantes et anti-inflammatoires, cela en fait aussi un soin parfait pour les cuirs chevelus sensibles ayant tendance à gratouiller.
Attention toutefois à faire un test au préalable, du fait de sa haute teneur en huiles essentielles (on ne les tolère pas tous très bien).

Enfin, si je me suis fait ma petite popotte élixir/as Rahua à rincer, j'applique avant le séchage un dernier produit, sur lequel je lorgnais depuis longtemps...
très franchement, je me demande pourquoi je ne l'ai pas acheté avant, car c'est une petite tuerie.
J'avoue que la marque me déçoit très rarement, pour ne pas dire jamais.
Le lait à la rose et à l'abricot de John Masters Organics (28€) est un produit démêlant et hydratant qui contient des extraits d'huiles végétales bio (rose et abricot, bien sûr, mais aussi bourrache, églantier, ou encore moringa) ayant pour but de démêler, d'hydrater et de renforcer la fibre capillaire.




Vu son appellation, j'ai été un peu surprise (agréablement) de ne pas retrouver une texture fluide, mais plutôt épaisse, à la façon d'un baume, sans pour autant être trop gras, à condition, là encore, de ne pas en appliquer une trop grosse quantité.
L'odeur me rappelle celle des loukoums à la rose !
Je regrette juste qu'elle ne reste pas dans les cheveux.
L'effet est là, sans conteste, que ce soit en terme de brillance ou de douceur.
Ouii, les cheveux sont vraiment doux et il faut se faire violence pour ne pas les toucher toutes les quatre secondes...
Le tube fait exactement 118 ml, mais je pense qu'il durera plusieurs mois au vu de la quantité à appliquer.

Après tout ça, un bon séchage à l'air froid pour ne pas exciter les glandes sébacées ni trop malmener les longueurs, et puisque les températures actuelles commencent à nous le permettre...
Brossage à la tangle teezer, et voilà !
Qui a (presque) une chevelure de sirène, à présent ?

Des bisous,


MAC Long legged and fabulous, le rose haut perché de la collection Flamingo Park || On my lips #5

mardi 19 avril 2016

Depuis quelques temps, les flamants roses ont la côte.
On en voit absolument par-tout !
Chaque objet du quotidien peut-être à l'effigie de ce drôle d'oiseau au merveilleux plumage et à la silhouette longiligne.
Je les trouve très gracieux, donc cette mode n'est pas pour me déplaire (même si je n'ai pas encore craqué sur un quelconque objet déco, personnellement).

Un pique-nique... un parc... une jeune fille gourmande et malicieuse... des invités inattendus... un flamant rose curieux!  Le printemps est une aventure. Plongez au cœur d'un océan de teintes roses acidulées avec de délicieuses couleurs pour vos yeux et vos ongles. À consommer sans modération.

MAC a surfé sur la vague en proposant une collection fun et colorée, à résonance légèrement exotique.
Des blushs aux pigments, en passant par les gloss, les fards à paupières et autres vernis, tout fait écho à un festival printanier dans le monde de notre chère Alice au pays des merveilles, avec cette collection nommée Flamingo Park.

De mon côté, c'était plutôt les rouges à lèvres qui m'interpellaient, et je vous avoue que si  je m'étais écoutée, j'en aurais volontiers pris plusieurs, tant les couleurs sont superbes.
Mais j'ai su rester raisonnable et je n'ai craqué que sur le
Long legged and fabulous.

Pas de packaging particulier pour cette collection, on retrouve le tube noir et argenté propre à la marque.
Et cette odeur... je flanche volontiers pour son petit côté pâtisserie vanillée.
Long legged and fabulous était présenté comme un rose bébé (tout à fait ce que je cherchais), mais, à vrai dire, il ne ressort pas sur mes lèvres comme je le souhaitais.
Ma quête est difficile car j'ai une idée bien précise de ce que je veux.
Il s'agit bien ici d'un rose doux, mais assez (un poil trop ?) pâle, et froid.
Il n'en reste pas moins magnifique à mes yeux.





Là où ça commence à se corser, c'est que ce joli Long legged and fabulous est censé faire partie des cremesheen.
Or, je ne lui trouve aucune particularité pouvant le relier à cette famille de rouges à lèvres chez MAC.
Il n'est pas crémeux du tout !
Il est censé avoir de légers reflets pailletés, mais, que nenni, il n'est pas brillant pour un sou.
Les petites paillettes ne se voient que sur le raisin en pleine lumière, et sont totalement absentes une fois le rouge à lèvres appliqué.
Par contre, il n'est pas totalement opaque, comme la plupart de ses amis de la même famille.
Mais... je le regrette un peu, pour une teinte comme celle-ci.
J'ai eu pas mal de rouges à lèvres MAC au fil de ces dernières années (même si je suis devenue une petite joueuse ^^), et sincèrement, c'est la première fois que je suis un peu déçue.
Long legged and fabulous marque beaucoup les défauts, les peaux mortes, gerçures...
La texture a tendance à s'agglomérer sur les stries.
Même les vrais mats chez MAC ne me font pas ça.
Je suis, comme je vous l'explique souvent sur le blog, plutôt du genre à exfolier et hydrater sans cesse, donc je ne m'explique pas ce rendu très étrange.
Du coup, je l'applique exclusivement sur un baume contenant de la vaseline (pas top, mais bon...), et il perd un peu de sa tenue, ce que je trouve encore plus dommage.
Par contre, même sans baume, je ne le trouve pas particulièrement inconfortable.
J'applique systématiquement un crayon avec celui-ci (seulement pour ourler mes lèvres, et non à l'intérieur car, la texture étant assez sèche, ça ferait pire que mieux).
Je trouve qu'il se marie très bien avec les crayons à lèvres Naked et In synch, toujours chez MAC, avec une petite préférence pour le premier, car In synch est un peu trop proche de la couleur naturelle de mes lèvres et, par conséquent, il ne se voit pas du tout.


Avis mitigé, donc, pour ce Long legged and fabulous, pas siii fabuleux que ça.
Bien que la couleur soit très belle (typiquement celle que je porte dès qu'un rayon de soleil se fait sentir), l'application reste fastidieuse et le rendu laisse un peu à désirer si on ne triche pas...



Vous avez craqué sur un article de cette collection ?

MAC
Rouge à lèvres Long legged and fabulous (EL)
Collection Flamingo Park
19,50€